Aggreko récompensé lors des Africa Energy Awards

Aggreko remporte le prix du ‘Best Fast-Track Power Project’ Award

  • Les ‘Africa Energy Awards’ récompensent les réalisations exceptionnelles dans le domaine de l’énergie en Afrique.
  • Aggreko a été récompensé pour sa centrale électrique locative de 140 MW installée au Kenya.
  • La centrale, livrée en à peine deux mois, a permis de réduire les délestages.

Johannesbourg, Afrique du Sud - Aggreko, leader mondial dans la fourniture d'énergie temporaire, a été récompensé par les Africa Energy Awards 2010’, qui distinguent les réalisations remarquables dans le secteur de l’énergie en Afrique. La remise de ces prix, décernés par un panel de juges indépendants, s’est déroulée dans le cadre du Forum « Power and Electricity World Africa ». Aggreko a remporté le prix de “Best Fast-Track Power Project in Africa” pour sa rapidité à concevoir, installer et mettre en service deux projets de location d’énergie électrique pour une puissance totale de 140 MW.

Le Kenya a connu une période de sécheresse d’un an qui s’est traduite par la chute du niveau d’eau dans les réservoirs des barrages hydroélectriques dans tout le pays, avec pour conséquence une réduction de la production d’énergie. Kenya Electricity Generating Company Ltd. (KenGen) a lancé un appel d’offres pour la fourniture de 140 MW d’énergie, à mettre en service dans un délai de deux mois. Aggreko, l’une des neuf sociétés soumissionnaires, a remporté l’appel d’offres grâce à son prix, son expérience et sa rapidité à intervenir. La solution globale offerte par Aggreko a permis à KenGen d’ajouter 140 MW d’énergie électrique supplémentaire au réseau national en l’espace de deux mois, ce qui a permis de réduire considérablement le délestage dans le pays.

A propos du projet, Richard Nderitu, Directeur des Opérations de KenGen, a déclaré :

“Le Kenya a connu deux épisodes de grande sécheresse au cours de ces dix dernières années. Pendant ces deux périodes, Aggreko a su répondre à nos besoins au-delà de nos espérances et continue à le faire. Il est intéressant de noter que le contrat a été attribué à la suite d’un appel d’offres ouvert à tous... le gagnant étant celui qui fournirait le prix le plus compétitif.”

En recevant le prix, Robin James, Directeur du Développement d’Aggreko Afrique, a déclaré :

“Je suis extrêmement fier de recevoir ce prix au nom de tous les employés d’Aggreko qui ont travaillé dur pour livrer ce projet. Aggreko est présent en Afrique depuis plus de 10 ans, et injecte de l’énergie sur le réseau électrique permettant de réduire les délestages. Cette récompense confirme notre position de leader mondial dans la location d’énergie électrique. Suite à la mise en place d’un dépôt permanent en Afrique du Sud en 2009, nous sommes désormais capables de répondre encore plus rapidement et plus efficacement à toutes les demandes d’énergie dans cette région et dans les régions voisines.”  

Contexte de la demande :

En fournissant une solution énergétique rapide à KenGen et en limitant le délestage causé par la dernière période de sécheresse, Aggreko a permis de limiter les pertes de production pour les industries en activité au Kenya, et a ainsi participé à limiter la baisse de son PIB.

Les implications financières de l’absence de mise en place d’une solution de location d’énergie pour lutter contre le délestage, ont été exposées dans le rapport 2000 de la Banque Mondiale concernant la proposition d’accorder des fonds au Kenya pour la réalisation d’un projet de fourniture d’énergie d’urgence. En raison d’un système de production d’énergie essentiellement basé sur l’énergie hydraulique, qui n’était plus disponible en raison de la sécheresse, et de plusieurs retards d’installation de nouvelles centrales électriques à long terme, le Kenya s’est retrouvé dans une situation de crise énergétique.

Un vaste programme de délestage a dû être mis en place. En conséquence, l’alimentation électrique n’était disponible que 15 heures par jour pour les particuliers, et encore moins pour les industriels – seulement huit heures par jour, un jour sur deux. Le délestage a eu un très grave impact pour les industries, les entreprises, les activités commerciales telles que le tourisme, les hôpitaux et l’alimentation en eau, ainsi que pour les particuliers.

La Banque Mondiale a estimé les coûts économiques liés à la demande non satisfaite pendant cette période de crise énergétique à 3,8% du PIB, soit 400 millions de dollars US sur une période de neuf mois, une somme équivalant à 910 millions de dollars US au cours actuel. (1)

(1) Ce calcul est basé sur une estimation de coût unitaire de l’énergie non délivrée au Kenya de US$0,50/kWh. Si l’on utilise l’estimation du coût unitaire des tarifs d’électricité de1993, à US$0,79,  les pertes totales pour l’économie représenteraient 6% du PIB, soit 630 millions USD ou 1,43 milliard USD au cours actuel.